Les rites forestiers.

L'esprit des forêts - la forêt de Chaux - les vieux métiers

LIENS.jpgCHENE1.jpgFENETRE.jpgCORNEMUSEUR.jpgEMPREINTE.jpgFEU.jpgDRUIDESSE.jpgDRUIDE5.jpgCLEDEVOUTE.jpgCROIX.jpgVOUIVRE.jpgGrotte.jpgCORNE.jpgMARIAGEDRUIDIQUE200.jpgFONTAINE.jpg

Les Druides

Impossible de partir en quête des traditions forestières sans rencontrer les druides. Sans doute faudrait-il encore remonter plus loin, aux hommes des mégalithes mais celà devient trop aléatoire. Déjà pour les Celtes l'histoire est compliquée et les controverses nombreuses. Disons que confronté à la nature et à ses phénomènes, aux préoccupations existentielles, la psyché humaine en est toujours impactée de semblable façon et que les leçons des anciens peuvent encore nous être utiles.

La première prise de conscience de notre univers celtique est la toponymie. Les noms des sites naturels, rivières, montagnes, forêts, etc, renvoient fréquemment à des noms celtiques. Puis le nom des lieux habités, villes et villages, lieux particuliers. Bien sûr tout n'est pas totalement transparent, translitéré du gaulois au français Vesontio devient Besançon, Divio devient Dijon.  Les lieux celtes sacrés sont christianisés: sources, grottes, chênes, mais même l'hagiographie du Saint qui y sera associé n'évacue pas le sens premier.

Il nous reste également tout un imaginaire mythologique qui bien sûr s'est vu recouvert au fil du temps de strates complémentaires, chrétiennes majoritairement. Chacun connait Arthur, Merlin et Lancelot. Ce qu'on appelle la matière de Bretagne, mais qui recouvrait l'ensemble de l'occident médiéval. L'un de ses auteurs Robert de Boron est un franc-comtois né à Boron près de Belfort. C'est d'ailleurs lui qui christianisera fortement la geste arthurienne en faisant du Graal une relique chrétienne: le Saint Calice. 

Beaucoup de nos contes et légendes ont un fond païen pas toujours bien christianisé, sinon il ne faut pas grand chose pour gratter le vernis: les vouivres, les dames blanches, le "dialogue" avec les arbres ou les animaux abondent en Franche-Comté. Un univers pas si enfantin qu'il en a l'air.

Enfin, en ces temps de planète "en surchauffe", pour ne pas dire en péril imminent, il est plus qu'urgent de préserver le peu de nature qu'il nous reste, de tourner notre regard vers "Mère Nature", de se souvenir de nos origines, de préserver notre source de vie, voire de lui dire adieu en regardant avec désolation ce que nous en avons fait et ce que nous laissons à nos enfants. Au-delà de l'urgence biologique il y a aussi l'urgence psychique que certains d'entre-nous peuvent ressentir et  le recours aux forêts apparaître comme une nécessité pour se retrouver, respirer, sentir, écouter,...

C'est à travers nos rencontres en forêts, de  l'apport de scientifiques et de professionnels par le biais de conférences et de visites, par la pratique des  rituels des confréries des vieux métiers de la forêt empreints de traces celtiques, que nous tournons notre regard vers ce que Courbet à symbolisé en peinture dans son tableau  "l'Origine du Monde" où passée la surprise certains y verront la forêt, la grotte, la matrice de toute vie.

 photo de l'auteur

 

 arbre sacré des druides: l'Aulne

D'après le site https://www.luminessens.org/post/2017/04/14/laulne

Au fil des millénaires, les contes populaires ont souvent considéré l’aulne comme effrayant. « Personnage » hors normes à plus d’un titre dans les forêts qu’il habite. Arbre solide, résistant aux épreuves du temps, il incarne aussi le courage et la vaillance. D'après Jean Markale, auteur du Nouveau Dictionnaire de Mythologie celtique (Éditions Pygmalion - Gérard Watelet, 1999), " L'aulne est un "arbre sacré de la tradition druidique. Le peuple gaulois des Arvernes porte un nom dérivé du terme gaulois verno qui signifie 'aulne". La signification symbolique de l'aulne est complexe, et l'ambiguïté renforcée par le fait qu'en gaulois (verno), en breton armoricain et en gallois (gwern), le terme désigne à la fois l'arbre et l'endroit où il pousse généralement, c'est-à-dire le "marais". Or, traditionnellement, le marais est une zone intermédiaire entre le monde des vivants et l'Autre Monde. De plus, en breton, gwern signifie également le "mât". L'aulne est donc lié à une idée de "passage", et peut être considéré comme l'arbre des vivants et des morts. Dans le poème mythologique le Cad Goddeu ("Combat des Arbres"), attribué au barde gallois Taliesin, l'Aulne est le chef des Bretons métamorphosés en arbres par le dieu magicien Gwyddyon." Arnaud Riou dans L’Oracle du peuple végétal (Guy Trédaniel Éditeur, 2020) classe les végétaux en huit familles : les Maîtres, les Guérisseurs, les Révélateurs, les Enseignants, les Nourricières, les Artistes, les Bâtisseurs et les Chamans. La famille des Maîtres comprend le Chêne, le Bouleau, le Houx, le Noisetier, le Pommier, le Saule et l’Aulne. Ils ont une fonction régulatrice et inspirante auprès du peuple végétal, du peuple animal et des humains. Ces arbres étaient déjà reconnus par les druides et regroupés dans le Bosquet des Druides.

Black alder in Bobięcińskie Wielkie Lake, Poland

source Own work - auteur Panek

licence CC Creative Commons

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alder_in_lake.jpg

 

 

 

photo libre de droits sur PIXABAY

 arbre sacré des druides: le Pommier

D'après Cime Tree https://cime-tree.fr/symbolique-foret-arbres/

" Le pommier a, de tous temps, revêtu une connotation magique. Symbole de fécondité, de connaissance et d’immortalité, le pommier permettrait aussi d’acquérir une certaine sagesse.Les licornes aimeraient se réfugier sous son branchage alors que les druides en avaient fait l’un des 7 arbres sacrés du bosquet. Mélusine, Arthur et Merlin reposeraient d’ailleurs sur l’île des pommiers. Ainsi, selon les Celtes, la pomme donne aux hommes la connaissance, la science ainsi que la sagesse. C’est aussi pour cela que Merlin enseigne sous un pommier. Que ce soit dans la culture celte, dans la culture chrétienne ou encore dans la culture populaire, le pommier est un grand symbole de connaissance. On raconte même que l’astronome Newton a eu l’idée de la gravitation universelle après avoir reçu une pomme sur sa tête. Il était en train de faire de la méditation sous un pommier à ce moment-là. Lorsqu’il aurait reçu la pomme sur la tête, la révélation serait venue. Avec la légende du roi Arthur, les celtes croient également que la pomme apporte la sagesse et la connaissance. Enfin, comme on l’a vu précédemment, s’agissant de la religion chrétienne, la pomme et le pommier représenteraient le symbole de la connaissance du bien et du mal. "

"Ceux du Pommier " (Ar Re Eus An Avalenn") fut le nom choisi par l'organisation se donnant pour objectif de transmettre la tradition sacerdotale druidique. Association Loi 1901 déclarée en préfecture du Finistère le 4 février 1983. "Continuer la tradition religieuse du druidisme, en compléter et en renouveler les connaissances par la recherche spirituelle et intellectuelle ; permettre a toute personne qui le requiert de bénéficier des actes et services relevant du ministère druidique et sacerdotal". " Ceux du Pommier " C'est désormais ainsi qu'on nomme les druides investis de cette fonction sacerdotale.

https://www.luminessens.org/post/2016/12/02/le-pommier

 

 arbre sacré des druides: le Chêne

D'après Cime Tree https://cime-tree.fr/symbolique-foret-arbres/

" Arbre sacré pour de nombreuses traditions, le chêne est le symbole de la force et de la longévité. Il est investi de privilèges accordés à la divinité suprême parce qu’il attire la foudre et symbolise la majesté. Pour sa puissance, sa solidité, sa structure considérée comme infaillible, mais aussi sa longévité souvent exceptionnelle, les traditions les plus anciennes l’ont considéré comme l’arbre de vie par excellence. Les premières civilisations voyaient en lui l’instrument de la communication entre le ciel et la terre. Méditer sous cet arbre, c’est recevoir son énergie qui pénètre lentement le corps. C’était un arbre oraculaire dans lequel les dieux parlaient et où les druides cueillaient le gui sacré. Le chêne était l’un des sept arbres sacrés du bosquet des druides. " Dans la mythologie celtique, le chêne est l’arbre des portes, permettant le passage entre différents mondes. Il symbolise les forces morales et physiques, la sagesse, le savoir, l’autorité. C’est l’arbre des oracles, l’arbre sacré de nombreuses traditions. Il est dédié à Taranis, Thor, ou encore Dagda. Arbre jupitérien il est relié au pouvoir de la foudre. C’est l’arbre le plus sacré des Druides autour duquel s’effectuent rituels et cérémonies. C’est bien souvent d’ailleurs autour des plus vieux et illustres de ces arbres que s’organisaient les sanctuaires. Ses fruits, les glands, sont considérés comme étant aussi sacrés, symbole de la force latente, en puissance, de l’arbre. Le chêne est un arbre spirituel, on peut l’estimer comme un esprit très puissant en soi. Il est bien souvent hôte de Dryades et autres créatures mystiques comme les Gnomes en ses racines.

 

Le chêne de Flagey - tableau de Gustave Courbet  

image domaine public

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Ch%C3%AAne_de_Flagey

 

 

Les 7 arbres sacrés du Bosquet des Druides

D'après " Conteuse Végétale " transcription de sa video sur Youtube.

" Au coeur de la dense forêt celte, l'arbre est bien plus qu'un simple végétal. pour ce peuple, il est l'incarnation même du sacré, un pont entre les mondes souterrain, terrestre et céleste. Les druides, gardiens de la tradition et de la spiritualité celtes, sont eux-mêmes étroitement liés à ces êtres majestueux. Selon certaines sources, le terme druide proviendrait de la signification "Homme du chêne", rappelant leur forte connexion avec cette essence puissante et mystique. D'autres suggèrent plutôt que ce nom signifie "Très savant", reflétant la sagesse et la connaissance que possédaient ces sages de la nature. Quelle que soit l'étymologie exacte, une chose est certaine: les druides puisaient leur force spirituelle dans le monde naturel qui les entourait. Ils connaissaient intimement les sept arbres sacrés: le bouleau, l'aulne, le saule, le chêne, le houx, le noisetier et le pommier, qui composent le fameux "bosquet des druides. Ces essences vénérées étaient utilisées pour les rituels sacrés, mais aussi comme sources d'inspiration et de guérison. Pour les Celtes, l'arbre était un symbole de vie, de croissance et de sagesse. En contemplant les racines profondes qui plongeaient dans les entrailles de la terre, le tronc solide et majestueux qui s'élévait ves le ciel, et les branches qui s'étendaient vers l'infini, ils comprenaient la nécessité de trouver l'équilibre entre les mondes matériel et spirituel; Ainsi les druides étaient considérés comme des gardiens de cet équilibre, des sages qui avaient accès à la sagesse de la nature et qui étaient capables de la transmettre aux autres membres de la communauté. Aujourd'hui encore, l'héritage des druides perdure, et les arbres sacrés continuent d'inspirer les esprits en quête de sens et de connexion avec le monde qui les entoure. En contemplant ces êtres majestueux, nous sommes invités à retrouver notre place au sein de la nature,et à nous reconnecter avec nos racines les plus profondes. "

Ci-joint la video sur Youtube de  Conteuse Végétale

https://www.youtube.com/watch?v=fgz-ZNBY2lc

image ci-contre sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Bouleau domaine public